Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 07:55
PLOUC DE FACEBOOK....

Fossoyeur de talents, juste gratuitement,

Pour n’avoir pas compris les bienfaits de la pluie,
Sans savoir du binaire en jouer autrement,
Voulant nous faire aimer, leur ciel bleu de l’ennui.

.

Amputé du bon sens, croyant que pour mille ans ;
Ils dompteront le monde en ayant les tuyaux,
Qui relient nos cerveaux de New York à Milan,
Pensant qu’on n’a plus rien au fond de nos boyaux.

.

Pauvre dégénéré, convaincu de tenir,
Le contenu des livres en détenant le plomb
Qui fond des linotypes, en parlant d’avenir.

.

Tu as déjà en toi, d’absence de passé,
Les vers qui te tueront, toi pour qui un violon,
Un pinceau, un stylo, sont des mots dépassés

.

Et pour qui la culture, autre que digitale,
Aurait tous les travers d’une faille hiatale.

.
Mai 2016

Poème de Gabriel Franceschini

NudeVISION.over-blog.com
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 07:15
SONGE DE MENSONGE...

Comme on les a parquées, depuis la nuit des temps
Dans des champs d’herbes folles où pousse de l’ortie,
Comme on les a privées, d’été et de printemps,
Ne leur donnant jamais, leur billet de sortie ;

.

A ne jamais les voir comme l’un d’entre nous,
A même avoir douté qu’elles aient eu une âme,
A les avoir voulues toujours à nos genoux,
On les a mises à part, en les traitant de femmes.

.

A avoir toujours cru qu’on nous les a données
Que pour notre plaisir et contenter nos mains,
Comme propriété que l’on peut aliéner,
Sans voir qu’elles étaient nos survies de demain,

.

En les habillant d’or, pour les mettre à nos bras,
En les déshabillant, pour nous faire plaisir,
On se conduit tels ceux, qui hier à l’Alhambra,
Leur ont mis des niqabs pour masquer leur désir,

.

En ne les regardant rien que comme des ventres
A nous donner des fils, pour notre descendance
Et en ne sentant pas qu’elles sont l’épicentre,
Du tremblement de terre où déjà tous on danse,

.

Nous passons à côté de notre survivance,
En n’imaginant pas ce qu’elles ont à donner,
Nous laissons là passer notre dernière chance,
Qu’on puisse encore ici, un jour nous pardonner,

.

D’avoir nié que l’homme a seul mangé la pomme …

.

Mai 2016
Poème de Gabriel Franceschini
Modèle Méla Niiy

NudeVISION.over-blog.com
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 16:28
D'AUTRES TERRORISTES...

Poème de Gabriel Franceschini

Demain, chez ceux-là même, où on se croyait libre,
Où la démocratie, se dit dans les étoiles,
Ils seront les premiers, à imposer le voile,
Prétextant, on ne sait quel mauvais équilibre.

.

Ce n’est pas que le cul les gène plus que ça,
Ou que la vue d’un sein les mettrait mal à l’aise,
Mais c’est tout simplement, que demain sur vos chaises,
Ils vous voudront tranquilles, à rester en deça.

.

Nous ayant ainsi mis, sous tente à oxygène,
Prisonniers des filets tendus par l’algorithme,
Ils pourront même alors, modifier tous nos gènes.

.

C’est de tous temps le rêve, où se perdent les hommes,
De vouloir des galères en imposer le rythme
Et d’interdire aux autres un arbre où est la pomme,

.

Voulant de thaumaturge, aller vers le démiurge !

Avril 2016

NudeVISION.over-blog.com
commenter cet article
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 14:30
MORE !

Rien que pour toi ce seul poème,
Pour nos nuits tout en fantaisie,
Pour ces préludes, que tu aimes,
Aux rimes de ma poésie ;
.
Pour ta bouche qui se fait mienne,
Pour tes mains sur tous mes chemins,
Pour mes caresses et puis les tiennes
Et ton parfum d’ambre et jasmin.
.
Pour tous ces moments de désir,
Pour tes frissons de chair de poule,
Avant qu’arrive ton plaisir,
.
Pour cette vraie petite mort,
Après la fin de cette houle,
Où dans un cri, tu me dis : « More ! »…
.
Février 2016
Poème de Gabriel Franceschini

NudeVISION.over-blog.com
commenter cet article
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 08:44
AU RANG DE ST VALENTIN...

Moi je n’ai jamais eu besoin
Pour te rappeler que je t’aime
D’avoir besoin de Valentin
Pour te le dire en un poème.

.

Tu le vois bien tous les matins,
Dans mon bonjour, dans mon regard,
Quand sous ton rire libertin,
Mes mains partout, sur toi s’égarent.

.

Tu t’en rends compte chaque soir,
Dans l’acuité de mes envies,
Ne se voulant pas d’ostensoir ;

.

Et s’il te faut cet alibi,
Pour mettre du sel dans ta vie,
Crois-moi j’en suis tout ébaubi

.

Et je t’invite au restaurant,
Pour rentrer ainsi dans le rang …

.

14 février 2016
Poème de Gabriel Franceschini
modèles : Sophie et Patrick

NudeVISION.over-blog.com
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 16:39
CES NUITS DE TENDRES GESTES...

J’aime ces nuits de tendres gestes,
Tous ces moments pleins de douceur,
Ces instants où n’ayant plus d’heure,
Se vit l’amour et puis le reste.

.

J’aime ces belles découvertes
Epanouies par le désir,
Où se partage le plaisir,
Dans des cachettes entrouvertes.

.

De simples mots en à-propos,
Se voulant n’être que caresses,
Des soupirs comme des promesses,
A vous émoustiller la peau.

.

Et ces affluences inconnues,
Ces noues fertiles et généreuses,
Qui n’étant qu’à demie peureuses,
Voudraient déjà se sentir nues.

.

J’aime ces terres à défricher,
Ces sillons qui restent à creuser,
Toutes ces roses à iriser,
Sans vouloir les effaroucher.

.

J’aime ces nuits de volupté,
Ces chatteries, satin et soie,
A supprimer tout quant à soi,
Afin d’aimer et s’en conter …

.

Février 2016
Poème de Gabriel Franceschini
Modèles, Carry et Deamon

NudeVISION.over-blog.com
commenter cet article
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 15:41
MON AWA* BLACK…

Poème de :

Gabriel Franceschini

*Awa est une Eve en dialecte Africain

.

J’aurais aimé qu’Eve fût noire,
Car si elle l’avait été,
Nous aurions pu, avoir l’espoir,
D’avoir un jour, d’autres étés

.

Imaginez Albrecht Dürer,
Peindre à la façon de Soulage
Et attester dans un parère,
Qu’était bien noir, le premier âge !

.

Voyez-vous ce soir-là Marie,
Aux couleurs d’une belle ethnie,
Devant Balthazar, tout surpris,
Rire de cette autre harmonie.

.

Et pourquoi là-haut, dans les cieux,
Les anges ne seraient que blancs,
Quand ce serait si judicieux
De sortir de ces faux semblants.

.

Même nos rêves auraient changé,
Le Ku Klux Klan serait en plan
Et les ricains, enfin rangés,
Auraient peut-être d’autres plans,

.

Martin, Barack, Malcom, Tommie,
Dans l’ombre de l’anonymat,
Vous n’auriez été qu’un parmi,
Ceux qui sont nés, d’un seul format.

.

Et Léopold désemparé,
N’aurait jamais pu de l’obscur,
Trouver à quoi la comparer,
Tant ce serait la sinécure.

.

Alors qu’Eve ne soit pas noire
A peut-être été inventée,
Pour que dans les livres d’histoire,
On soit aussi désenchantés,

.

De mesurer l’intelligence,
A côté de l’intolérance.

.

Août 2015
Photo de Patrick Wecksteen. Modèle Ndeye Fatou Ndiaye

Gabriel Franceschini

NudeVISION.over-blog.com
commenter cet article
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 15:14
TOI ET TES PLUS DE CINQUANTE ANS…

Poème de Gabriel Franceschini

*

Pourquoi veux tu être plus belle,

Quand les années s’en sont chargées,

Quand en si bien tu as changé,
En devenant intemporelle.

*

Tu as mis dans tes cinquante ans,

Tout ce qui donne à une femme,

Sans avoir besoin d’un empan,

La beauté du corps et de l’âme.

*

Ces quelques formes accentuées,

Ces seins plus lourds, de tant d’amour,

Se sont si bien substitués,

A ces parfaits, sans rien autour.

*

Même ces rides, aux coins des yeux,

En t’apportant beaucoup de charme,

Ont ouvert à ces bouts de cieux,

Cet apparat qui me désarme.

*

De l’envie, te voilà besoin

Et ton automne, mon printemps,

Comme la sève et le benjoin,

Coule en me retardant le temps.

*

Bien plus désirable qu’avant,

Tentante autant et sinon plus,

Tu es ma marque du vivant,

Et de mon lai, son beau versus,

*

Et si quelques plis de ton ventre,

Aux modes des vues d’aujourd’hui,

Ne font de toi, plus là le centre,

Ne t’en fais pas, pour moi c’est lui,

*

Qui sait apporter à mes mains,

Tous ces bonheurs de fleurs de peau

En me guidant dans ces chemins,

Où tu t’accordes à mon tempo.

*

Ne regrette pas tes vingt ans,

Tu as ce jour, l’aménité

Que ne peut donner que le temps,

En plus de la féminité…

*

Août 2015

NudeVISION.over-blog.com
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 09:54
EN AVOIR OU PAS…

Poème de Gabriel Franceschini

*

Quand on n’a pas grand monde, en haut là au balcon,
Que même rembourré, en soixante-dix B ,
On est petit garçon, comme tous ces acons
A quille bien trop plate, à vous en inhiber.
*
Quand aucun ne se perd dans votre décolleté
Et qu’en petit bateau, même de la dentelle
Ne fait de vos deux seins que des monts de piété,
Ne pouvant les confondre, avec des turritelles.
*
Il ne faut surtout pas crier à l’injustice,
Tant être planche à pain, a bien des avantages,
Comparés aux horreurs de cent D en natice
Ne donnant pas envie d’aller au tripotage.
*
Ne vous a-t-on pas dit, que de petits tétons,
Seraient bien plus sensibles et qu’on ne dira pas,
Que c’est bien grâce à eux et que c’est par piston,
Que pour votre carrière, ils ont servi d’appâts.
*
De plus, rassurez-vous, car au moins, avec l’âge,
De par la gravité, ils n’iront pas tomber,
Jusqu’à votre nombril, en un triste voyage,
Payant la chirurgie, à bien les radouber,
*
Et pourquoi ne pas voir aussi ces aléas
De n’avoir jamais eu droit à un nipplegate,
Où un de vos nibarts, en quelque alléluia,
Aurait pris le départ d’un de leurs starting gates.
*
Voyez-vous les Birkin, les Portman, Longoria,
Celles qui malgré tout de leurs beaux œufs au plat,
Nous ont fait fantasmer aux sons de leurs arias,
Pour elles maintes fois, on s’est vu raplapla,
*
Tant c’est dans notre tête, qu’on se fait une fête …

*
Avril 2015
Photo :Patrick Wecksteen modèle Emilie

NudeVISION.over-blog.com
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 09:33
SI JÉSUS ÉTAIT UNE FEMME ?

Un poème de Gabriel Franceschini

*

Si Jésus était une femme,

Aurions-nous eu besoin de croix

Pour qu’on nous rachète, nos âmes
Et qu’on nous mente, de surcroît ?

*

Aurait elle attendu trente ans,
Pour s’entourer de ses apôtres,
Aurait elle mis tant de temps,
Pour qu’on s’aime les uns les autres ?

*

Aurait elle marché sur l’eau,
Multiplié pains et poissons,
Ces besoins de méli-mélo,
Pour qu’on soit tous à l’unisson ?

*

Et y aurait il un Juda,
Pour oser de quelques deniers
Etre suffisamment fada,
Pour la vendre à un centenier ?

*

Si Jésus était une femme,
Il y aurait bien plus d’amour,
Moins de conflit et moins de drame,
L’homme n’ayant pas son humour,

*

Et n’appréciant, que dans le sang,
De se sentir, à cent pour cent !

*

Mars 2015
Photo Patrick Wecksteen

NudeVISION.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : NudeVISION, la photo bien-être
  • NudeVISION, la photo bien-être
  • : Si la beauté de la femme est mon crédo de photographe spécialisé en nu artistique et bien-être par la photographie, ce blog me permet de vous faire partager mon actualité. Expo sur http://NudeVISION.fr
  • Contact

Recherche

Liens